Guilde Rôle-Play - World Of Warcraft - Serveur Kirin Tor
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Livre - Copie] - Archives de la Tirisgarde : Frissébène, par Edirah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Matthieu

avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 06/08/2017

MessageSujet: [Livre - Copie] - Archives de la Tirisgarde : Frissébène, par Edirah   Mar 17 Oct - 16:06




Citation :
Premier Gardien de Tirisfal, le demi-elfe Alodi mania Frissébène tant que ce rôle resta le sien. Il insuffla son incroyable puissance au grand bâton et fut le premier à le transmettre à un autre mage, entamant ainsi une tradition qui perdura pendant des millénaires. Au fil des siècles, certains des plus puissants lanceurs de sorts d'Azeroth brandirent Frissébène pour traquer et vaincre les perfides représentants de la Legion Ardente.

Lorsque Frissébène tomba entre les griffes de la Legion, la tradition instaurée par Alodi prit fin... Du moins, pour un temps. Désormais récupéré, le grand bâton peut à nouveau accomplir son véritable rôle, celui de protéger Azeroth.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthieu

avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 06/08/2017

MessageSujet: Re: [Livre - Copie] - Archives de la Tirisgarde : Frissébène, par Edirah   Mar 17 Oct - 16:17

Citation :
Frissébène, I



La légende de Frissébène commence avec un mage demi-elfe du nom d'Alodi. Bien que celui-ci ne créa pas lui-même le bâton, il en fit l'arme mythique qu'elle est aujourd'hui.

Alodi ne connut jamais ses vrais parents. Dés le plus jeune âge, il fut élevé dans un orphelinat de Dalaran accueillant les enfants montrant un certain don pour la magie. Son seul lien avec ses parents était Frissébène, le bâton qu'ils avaient laissé avec l'enfant en l'abandonnant à l'école.

Fils métis de parentelle inconnue, Alodi eut une enfance difficile. La plupart des magi le considéraient avec commisération, tandis que d'autres n'éprouvaient pour lui que mépris. Aucun ne le croyait capable de grandes choses. mais tous avaient tort.

Bien des années plus tard, l'orphelin devint le premier Gardien de Tirisfal, l'un des plus puissants magi ayant arpenté ce monde.


Citation :
Frissébène, II



Alodi endossa le rôle de Gardien alors que le Conseil de Tirisfal traversait une période de grands troubles. Cet ordre secret de magi, créé pour protéger Azeroth des démons, avait accompli sa tâche avec diligence des années durant.

Mais le Seigneur de l'effroi Kathra'natir allait changer la donne... Malgré tous les efforts du Conseil pour l'en empêcher, le démon infiltra Dalaran et sema le trouble dans ses rues. La cité menaçait de sombrer dans le plus profond chaos.

Dans l'espoir de vaincre Kathra'natir, les magi prirent des mesures radicales. par le biais d'un rituel complexe, ils transférèrent tous leurs pouvoirs à Alodi, un acte de foi et de grande confiance.

Face à un Alodi à présent surpuissant, Kathra'natir n'était plus de taille. Le Gardien déchaîna toute l'étendue de ses nouveaux pouvoirs sur le démon et le bannit du monde en un tournemain.


Citation :
Frissébène, III



Dés ses premières années à l'orphelinat de Dalaran, Alodi fut fasciné par la magie du Givre, notamment en raison des enchantements glaciaux qui imprégnaient Frissébène. Grâce au bâton, Alodi apprit à geler l'eau et à manipuler la température de l'air, souvent au grand dépit du directeur de l'orphelinat.

Devenu Gardien, Alodi approfondit sa maîtrise de la magie du Givre et imprégna Frissébène de ses propres pouvoirs. Une aura hivernale enveloppa le bâton. Pourtant, l'arme n'était jamais froide au toucher, ce qui ne cessa point d'étonner les autres membres du Conseil de Tirisfal. Frissébène ne contenait qu'une infime parcelle de la puissance d'Alodi... Infime, certes, mais pourtant nettement plus colossale que tout ce que pouvaient espérer maîtriser un jour la plupart des magi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthieu

avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 06/08/2017

MessageSujet: Re: [Livre - Copie] - Archives de la Tirisgarde : Frissébène, par Edirah   Mar 17 Oct - 16:31

Citation :
Frissébène, IV



En tant que Gardien, Alodi mania Frissébène pour traquer tous les démons rôdant sur les terres d'Azeroth. Nombreux sont les récits le décrivant en train d'invoquer de terribles tempêtes de glace pour subjuguer ses ennemis ou emprisonnant les sbires de la Legion dans des blocs de glace avant de les bannir loin de notre monde.

Alors qu’approchait la fin de ses cent ans de service en tant que Gardien, Alodi se tourna vers ses apprentis. Il avait formé et encadré nombre de jeunes magi au cours de leur apprentissage des arcanes. Ils étaient devenus la famille qu'il n'avait jamais eue et il les traitait tous comme ses propres enfants.

Alodi décida de transmettre Frissébène à l'un de ces apprentis érudits, mais se refusa de choisir le plus puissant d'entre eux. A ses yeux, compassion, sagesse et fraternité revêtaient bien plus d'importance. Après y avoir mûrement réfléchi, il remit son grand bâton à l'apprenti incarnant le mieux ces valeurs.

Ainsi commença la grande tradition de transmission de Frissébène, qui se perpétua des millénaires durant.


Citation :
Frissébène, V



Tout se déroulait au mieux pour le Conseil de Tirisfal jusqu'à l'avènement de la Gardienne Aegwynn. Cette mage aux dons indéniables commença à se méfier de l'ordre, qu'elle soupçonnait d'abuser de son pouvoir en manipulant la politique des Royaumes Humains. Un siècle après avoir pris ses fonctions, elle refusa de céder sa place de Gardienne.

La désobéissance d'Aegwynn contraignit le Conseil à former la Tirisgarde, un groupe de magi talentueux chargés de traquer et de soumettre la Gardienne rebelle.

Parmi les membres de la Tirisgarde se trouvait un jeune lanceur de sorts aussi prometteur qu'arrogant répondant au nom de Tarthen. Son maître vieillissant avait hérité depuis fort longtemps de Frissébène et cherchait alors un apprenti à qui transmettre l'arme.

Tarthen était convaincu de recevoir le grand bâton, tant il surpassait ses camarades, aussi bien par sa puissance brune que par son potentiel. Cependant, le maître de Tarthen n'accordait que peut d'importance à ces qualités.

Le jour de la cérémonie, le vieux mage remit Frissébène à une autre apprenti incarnant à la perfection compassion, sagesse et fraternité.


Citation :
Frissébène, VI



voyant son maître transmettre Frissébène à un autre que lui, Tarthen, bouillant de colère et d'amertume, s'estima lésé et décida de prendre les choses en main.

Il vola Frissébène en veillant bien à ne laisser aucune preuve de son larcin. Dans le plus grand secret, il s'entraîna avec le grand bâton et apprit à maîtriser ses extraordinaires énergies.

Seule une poignée de ses plus fidèles compagnons au sein de la Tirisgarde savaient que Tarthen avait commis ce vol. Eux seules le virent plier la magie de Frissébène à sa volonté et furent abasourdis par le pouvoir qu'il détenait.

Une fois sûr de maîtriser Frissébène, Tarthen décida d’accomplir ce que nul autre au sein de la Tirisgarde n'avait réussi jusque-l'à. Il vaincrait Aegwynn et son nom entrerait dans l'histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthieu

avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 06/08/2017

MessageSujet: Re: [Livre - Copie] - Archives de la Tirisgarde : Frissébène, par Edirah   Mar 17 Oct - 16:44

Citation :
Frissébène, VII




Extrait d'un message envoyé au Conseil de Tirisfal :

"Nous avons analysé la magie résiduelle présente sur les lieux du combat. Voici notre rapport circonstancié.

Tarthen vint affronter Aegwynn dans la vallée de Strangleronce. Au vu du pouvoir que détenaient les deux magi, le duel qui s'ensuivit fut l'un des plus impressionnants affrontement entre un membre de la Tirisgarde et la Gardienne rebelle. Pour autant, il ne dura que quelques instants.

Tarthen était armé de Frissébène, le grand bâton déclaré volé plusieurs mois auparavant. Lorsqu'il déchaîna toute la puissance emmagasinée dans l'arme sur son adversaire, Aegwynn retourna immédiatement l'énergie contre le jeune magus grâce à un contrsort. Une terrible tempête de magie du Givre s'abattit alors sur lui, l'emprisonnant sous une couche de glace aussi dure que le diamant.

Malgré les températures élevées qui règnent dans la région, Tarthen étant encore congelé lorsque nous l'avons retrouvé. Nous avons eu toutes les peines du monde à dégeler son cadavre et à libérer Frissébène de sa main inerte."


Citation :
Frissébène, VIII



Les mages du Conseil de Tirisfal qui récupérèrent Frissébène restituèrent le grand bâton à son propriétaire légitime. Au cours des années qui suivirent, la tradition se perpétua et l'arme fut transmise de maître en apprenti. Nombre de ces magi utilisèrent Frissébène pour protéger Azeroth des démons, mais tel ne fut pas le cas de l'humain Arrexis.

Arrexis aimait le savoir. Il lui arrivait de s'enfermer des jours durant dans ses archives personnelles pour consulter parchemins et ouvrages anciens. Lorsque Frissébène lui fut confié, il décida d'étudier le grand bâton plutôt que de le brandir au combat. Arrexis connaissait tout de l'histoire de l'arme et de son potentiel destructeur.

Ayant examiné le bâton, Arrexis devint persuadé qu'il pourrait utiliser Frissébène comme une espèce de catalyseur qui lui fournirait l'énergie nécessaire à la réalisation d'exploits magiques dont seul serait capable un Gardien. Avec le temps, il apprit à maitriser les énergies de l'arme et les utilisa pour formuler de nouveaux types de sorts de protection.


Citation :
Frissébène, IX




Arrexis vécu lors d'une période de bouleversements et de troubles pour le Conseil de Tirisfal. Le Gardien de l'époque, Medivh, n'était autre que le fils d'Aegwynn. A l'instar de sa mère rebelle, il évitait le Conseil comme la peste et ne se mêlait guère à ses confrères.

A l'insu du Conseil et du reste du monde, un terrible mal s'éveillait dans le tréfonds de l'âme de medivh. En effet, sargeras, le chef de la Legion Ardente, avait pris possession du Gardien.

Devenu le pantin de Sargeras, Medivh conclut un pacte avec la Horde des Orcs et commença à préparer l'invasion d'Azeroth. Pour empêcher le Conseil de Tirisfal de s'immiscer dans ses affaires, le Gardien à l'âme noircie assassina certains de ses membres en toute discrétion.

Puis, il porta son attention sur Arrexis et Frissébène.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthieu

avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 06/08/2017

MessageSujet: Re: [Livre - Copie] - Archives de la Tirisgarde : Frissébène, par Edirah   Mar 17 Oct - 16:53

Citation :
Frissébène, X



Cherchant à approfondir ses connaissances, Arrexis rassembla ses apprentis et établit un camp de recherche près du domaine de Medivh, la Tour de Karazhan. L'édifice était bâti sur un nexus de lignes telluriques si puissantes que les énergies traversant Karazhan altéraient parfois la réalité.

Arrexis et ses disciples menèrent des expériences avec leur magie de protection non loin de Karazhan, afin de tenter de neutraliser les pouvoirs étranges de la tour. Selon les archives, le Gardien Medivh alla alors trouver les magi pour leur apporter ses conseils. Il suggéra qu'Arrexis applique ses sortilèges différemment, afin d'empêcher les démons de planter leur griffes dans le monde.

Là où certains membres du Conseil de Tirisfal se seraient gardés de Medivh, Arrexis ne se méfia pas et accepta son aide de bon cœur.

La nature ingénue d'Arrexis causerait sa perte.


Citation :
Frissébène, XI




Personne ne sait précisément ce que fit Medivh lors de sa visite à Arrexis. Les faits restent voilés de mystère et toutes sortes de rumeurs courent à ce sujet. Certains prétendent que le Gardien aurait altéré Frissébène afin de perturber les sorts de protection d'Arrexis et d'anéantir le vénérable mage.

Quelle que soit la vérité, l'on sait de source sûre qu'Arrexis suivit les conseils de Medivh. Le vieux mage et ses disciples accomplirent un grand rituel afin de protéger une zone des incursions démoniaques. le sort ne devait êtres qu'un test, mais il eu des conséquences désastreuses.

Lorsqu'ils entamèrent leurs incantations, les magi ouvrirent par inadvertance un passage reliant Azeroth au Néant Distordu, le Royaume des Démons. Arrexis et sous ses disciples furent happés par le portail et disparurent à jamais. Selon l'un des récits de cet incident, dans le Néant Distordu, une poignée de démons se jeta sur les magi déconcertés et les massacra jusqu'au dernier.

Ces démons étaient dirigés par un Eredar répondant au nom de Balaadar. Ce dernier s'appropria Frissébène en souvenir de sa sanglante victoire. Ainsi, c'est avec la mort d'Arrexis et de ses malheureux protégés que disparut la tradition millénaire de transmission du grand bâton.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Livre - Copie] - Archives de la Tirisgarde : Frissébène, par Edirah   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Livre - Copie] - Archives de la Tirisgarde : Frissébène, par Edirah
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Archive] Un Livre, Un jour?
» Livre de Règles Mordheim: Gratuit!
» [Le Renouveau] - Les Archives d'Amakna
» [Skavens] Réactions sur le nouveau Livre d'Armée
» WoW : Archives

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maison d'Austan :: Aile Sud - Bibliothèques & Archives :: Bibliothèque publique-
Sauter vers: